Mode opératoire de retrait du plomb : La notice d’information précise les conditions d’intervention sur les matériaux contaminés. Que doit-elle contenir ? L’essentiel à connaître avant de rédiger les consignes de sécurité. 

Mode opératoire retrait plombPeinture au plomb : effets sur la santé

La peinture au plomb est dangereuse car elle peut altérer :

  • la santé des populations occupant les locaux lorsqu’elle est dégradée
  • la santé du grand public (locaux accueillant du public)
  • le personnel de chantier et de maintenance intervenant sur les matériaux plombifères, même si ces derniers sont en bon état (ex. : découpe de bois ou de canalisations contaminés mais en bon état de conservation).

L’exposition par inhalation ou ingestion est associée au saturnisme, mais aussi à d’autres affections (maladies rénales, retard mental, anémie…).

Méthodes de travail pour retirer la peinture au plomb

Le retrait de la peinture n’est pas forcément nécessaire ni obligatoire. Il n’existe pas de mode opératoire type mais plusieurs moyens d’intervenir, selon l’état de dégradation des peintures et des supports, et l’analyse des risques d’exposition sur le chantier (procédé émissif ou pas). 

  • Recouvrement de la peinture au plomb par une autre couche de peinture ou de vernis
  • Recouvrement par un autre revêtement
  • Recouvrement par un doublage « rigide ».
  • Retrait des peintures par décapage (chimique, thermique ou mécanique).
  • Démontage et enlèvement des éléments contaminés (ex: des cadres de fenêtre ou de porte).

Mode opératoire de retrait du plomb : ce qu’il doit contenir

Objectif : informer les salariés des risques et mesures de sécurité

La rédaction du mode opératoire répond à l’obligation d’informer les salariés. Ces consignes sont expliquées aux salariés par l’encadrement et sont affichées sur le chantier. Elles sont complémentaires de la formation plomb des salariés mais ne la remplacent pas.

Il appartient à chaque entreprise intervenante de rédiger son mode opératoire. Les consignes d’intervention et les mesures de prévention dépendent de l’évaluation des risques : Plus le procédé d’intervention sera émissif, plus la durée des travaux sera longue, et plus le risque est élevé. L’analyse des risques dépend de la technique choisie et du degré de contamination et de dégradation du matériau. A cet effet, il est indispensable de consulter le « diagnostic de repérage du plomb avant travaux ».

Par conséquent, les mesures de prévention et de protection doivent être adaptées afin d’obtenir un risque d’exposition minimum. 

Joindre le mode opératoire au Plan de prévention ou au PPSPS

Les consignes sont jointes :

  • au plan de prévention (dans le cas de travaux réalisés par une entreprise extérieure chez une entreprise utilisatrice)
  • ou au PPSPS (Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé) dans le cas de chantiers clos et indépendants réalisés par une entreprise extérieure chez une entreprise utilisatrice.

Les rubriques essentielles 

  • Les dangers du plomb
  • Mesures d’hygiène : lavage des mains/du visage, brossage des ongles, changement de tenue, douche en fin de poste)
  • Rappel de l’interdiction de boire, manger, fumer sur le chantier
  • Isolement du chantier et mise en place de sas d’accès (si nécessaire), enlèvement/démontage des éléments/protection des surfaces et ouvertures (bouches d’aération, radiateurs…)
  • Mise en place d’une extraction d’air (pour les procédés émissifs) : extracteur d’air, aspiration localisée, aspiration intégrée à l’outil….
  • Tenue de protection (gants, sur-chaussures ou surbottes ou chaussures lavables, combinaison FFP5, cagoule ventilée/ masque à cartouche, masque à poussières P3…) : règles d’habillage et de déshabillage.
  • Technique de préparation des surfaces, technique d’intervention (recouvrement, grattage, ponçage, décapage chimique…)
  • Nettoyage quotidien du chantier (ramassage des gravats humidifiés au préalable, aspiration des poussières…)
  • Gestion quotidienne des déchets : règles de tri, conditionnement et étiquetage des déchets, lieu de stockage.
  • Nettoyage final du chantier : aspiration des surfaces, humidification des plastiques, etc.
  • Mesures d’urgence : numéro d’urgence et conduite à tenir en cas d’exposition accidentelle (ex. : inhalation de poussières) ou en cas de rupture du confinement

Le mode opératoire doit être clair, synthétique et le plus visuel possible (photos, schéma…) complètent les consignes et facilitent la compréhension. 

Ceci pourrait vous intéresser :

Vous souhaitez plus de renseignements

Contactez-nous en utilisant le formulaire ci-dessous.

Formulaire de contact

Nous répondons à vos questions dans les meilleurs délais.

11 + 15 =