Qu’est-ce qu’une sorbonne de laboratoire ? Quelles sont les différences entre les hottes et les sorbonnes ? Ce qu’il faut retenir. 

Sorbonne définitionRÉGLEMENTATION

En entreprise et plus particulièrement dans les laboratoires de chimie, le personnel est amené à manipuler un grand nombre de produits chimiques. La plupart des agents chimiques présents sont classés cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques, allergisants, toxiques, corrosifs, etc.

Les manipulations de solvants et réactifs chimiques génèrent des risques pour les utilisateurs mais aussi pour le personnel environnant : accidents d’origine chimique et maladies professionnelles.

Selon le Code du travail, le laboratoire est considéré comme un local de travail à pollution spécifique.

Comment maîtriser le risque chimique au laboratoire ?

L’employeur est tenu d’évaluer les risques et de mettre en place des mesures de protection collective. Ces dernières sont prioritaires par rapport aux mesures de protection individuelle. L’ensemble des risques et mesures de sécurité est consigné dans le Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER).

La sorbonne et la hotte sont des moyens de protection très largement utilisés au sein des laboratoires. Elles sont souvent confondues. Pourtant elles sont bien différentes et n’offrent pas le même niveau de protection. Explications.

Qu’est-ce qu’une sorbonne ? 

Objectif : protéger les salariés contre le risque chimique

L’objectif d’une sorbonne est de protéger les utilisateurs contre le risque chimique et plus particulièrement contre le risque d’inhalation de polluants sous forme de fumées, gaz, vapeurs, poussières dangereuses.

De plus, en cas d’éclatement d’un ballon par exemple, l’opérateur sera protégé des éclaboussures de produits et des bris de verre.

Limites de la sorbonne : La sorbonne n’est pas adaptée à la manipulation de microorganismes ni  de produits radioactifs. Elle n’est pas non plus conçue à l’origine pour protéger les produits, mais uniquement le personnel.

Une enceinte ventilée enveloppante qui aspire les polluants et les rejette à l’extérieur

Une sorbonne est un système de captage des polluants enveloppant.

C’est une enceinte ventilée qui aspire l’air du laboratoire grâce à un ventilateur. Le courant d’air se fait à travers une ouverture de travail réglable. L’air est ensuite extrait et rejeté dans l’atmosphère extérieure. L’enceinte est maintenue en dépression tant que l’équipement est en fonctionnement.

Caractéristiques techniques d’une sorbonne

Le volume de travail d’une sorbonne est délimité par des parois fixes latérales et par un ou plusieurs écrans mobiles réglables et transparents. Les écrans mobiles transparents en façade permettent d’adapter l’ouverture du plan de travail à la nature des opérations. Le réglage de leur ouverture se fait manuellement par coulissement horizontal ou latéral. L’amplitude d’ouverture des écrans varie selon la nature des opérations.

On distingue :

  • la position de travail (fermeture maximale ou partielle de l’écran) : L’écran est abaissé mais il reste un espace réservé uniquement au passage des bras du manipulateur.
  • la position de maintenance : l’ouverture est maximale pour permettre les opérations d’entretien ou de mise en place de matériel à l’intérieur du volume de travail.

Un plenum d’extraction situé sur la face arrière de l’équipement est destiné à répartir le débit d’air aspiré entre les fentes d’extractions. Les fentes d’extraction sont situées à différentes hauteurs.

Un conduit en partie haute de la sorbonne. Ce conduit collecte les polluants et les dirige vers l’extérieur du laboratoire,

Le ventilateur d’extraction délivre un débit constant (ancienne technologie) ou variable selon l’ouverture de l’écran facial (technologie avancée), afin de réaliser des économies d’énergie.

La vitesse frontale de l’écoulement d’air qui doit être constante,

Le plan de travail peut comporter des rebords ou un bac de rétention.

Normes en vigueur

Au niveau européen, les normes de référence sont les suivantes :

  • NF EN 14175-1 – Vocabulaire
  • NF EN 14175-2 – Exigences de sécurité et de performance
  • NF EN 14175-3 – Méthodes d’essais de type
  • NF EN 14175-4 – Méthodes d’essais sur site
  • TS 14175-5 – Recommandations pour installation et entretien
  • NF EN 14175-6 – Sorbonnes à débit d’air variable

Différences entre sorbonne et sorbonne ETRAF

Il existe des sorbonnes à recirculation d’air appelées autrefois les sorbonnes « ETRAF » (Enceintes pour Toxiques à Recyclage d’Air Filtré). L’air aspiré est purifié grâce à un filtre ou un épurateur puis rejeté dans l’atmosphère du laboratoire. Ce système n’est pas aussi sûr qu’une sorbonne classique où l’air est directement rejeté à l’extérieur du laboratoire. Ce type d’équipement n’est pas adapté à la manipulation de produits CMR.

Les sorbonnes ETRAF ne répondent pas complètement à la définition des sorbonnes. On les appelle souvent des hottes ETRAF.

Différences entre hotte et sorbonne

La sorbonne se différencie de la hotte par le fait qu’elle est raccordée à l’extérieur (sauf cas particulier des ETRAF). Elle est également plus « enveloppante » que la plupart des hottes mises sur le marché.

A l’origine, la hotte était une simple buse aspirante (un peu comme le modèle des hottes de cuisine). Il existe aussi dans le commerce des hottes qui comportent des parois latérales, sans paroi frontale.

Les hottes sont munies de filtre / d’épurateur d’air. Elles ne sont pas raccordées au réseau d’évacuation. L’air est recyclé en permanence.

Le travail sous une hotte est donc moins sûr que la manipulation sous une sorbonne.

Elle nécessite de mettre en place une maintenance et un contrôle très strict du système de filtration et d’épuration de l’air. Les utilisateurs devront être informés immédiatement par un système d’alarme en cas de défaut.